Dans les pays pauvres l’état a souvent pris le leadership des ambitions de développement par la mise en oeuvre de plans centralisés et appuyés de l’extérieur.

L’alternative serait de trouver les moyens de responsabiliser davantage les populations en faisant en sorte qu’elles puissent elles-mêmes financer et gérer leurs processus de développement à la base. La recherche et la vulgarisation de solutions adaptées à cette vision alternative est la raison d’être du CEFDEL.

Le CEFDEL invite à un changement de paradigme mettant en avant l’autonomie, la liberté, la responsabilité et la libre solidarité entre localités viables d’un pays. Il va également promouvoir des modes de gouvernance compatibles avec ses valeurs de responsabilité et d’autonomie dans la gestion macroéconomique et dans des secteurs clés comme l’éducation et la santé